Les douleurs liés à la sciatique

La cause la plus fréquente de la douleur sciatique est, ce que l’on appelle, la subluxation vertébrale complexe. Ce phénomène peut être accompagné de gonflements et même d’une hernie discale. Ainsi, une forte pression sera exercée sur les racines du nerf sciatique.  

Sciatique de la racine L4 (habituellement au niveau L3-L4)

Les symptômes causés par une sciatique provenant du niveau L4 du dos sont souvent accompagnés de douleurs et/ou engourdissements. Cela de tout un côté d’une jambe voir jusqu’au pied. Ces douleurs peuvent provoquer une incapacité de lever le pied. Il possible que ça entraîne chez les patients une mauvaise habitude de marcher sur les talons.

La sciatique de la racine L5 (habituellement au niveau L4-L5).

La personne peut connaître des douleurs dans la zone du gros orteil et également dans la cheville. Les symptômes de la sciatique commençant au niveau L5 du dos peuvent entraîner des douleurs et/ou engourdissements jusqu’au-dessus du pied. Plus particulièrement au niveau du creux présents entre nos deux premiers orteils.

La sciatique de la racine S1 (niveau L5-S1).

La personne peut avoir une réduction du réflexe Achilléen. La sciatique provenant du niveau de la racine S1 peut déclencher comme les autres sciatiques des douleurs, engourdissements latéraux au niveau du pied. Mais aussi, une faiblesse qui a pour conséquence la difficulté à soulever le talon du sol. Dans cette situation, le patient peut prendre la mauvaise habitude de marcher sur la pointe des pieds.

Pression sur la racine du nerf sacré, par le dysfonctionnement de l’articulation Sacro-Iliaque.

Les symptômes du à une déformation de l’articulation sacro-illiaque, engendre une douleur identique à celle de la sciatique à causes des engourdissements qui y sont liés. La douleur est beaucoup plus profonde, et plus vers l’intérieur de la jambe que l’engourdissement causé par une sciatique, qui, lui, est linéaire.

Pression sur le nerf sciatique par le muscle Piriformis.

La pression exercée sur le nerf sciatique peut le compresser trop fortement et entraîner le syndrome du Piriformis. Les symptômes liés au syndrome du Piriformis sont, le plus généralement, une douleur semblable à celle d’une sciatique, voir l’engourdissement total dans la jambe. Le syndrome de Piriformis peut avoir les mêmes symptômes que ceux de la douleur sciatique causée par une hernie discale.

UTILISATION APPROPRIÉE DE LA TERMINOLOGIE DE LA SCIATIQUE.

Le terme sciatique est souvent utilisé pour définir une douleur traversant la jambe. Néanmoins, l’utilisation de ce terme n’est, parfois, pas justifiée.

  • Si le nerf sciatique est coincé et que la douleur provient de cela, l’usage de sciatique est juste,
  • Mais, si la douleur traverse la jambe mais qu’elle part d’une articulation, alors l’utilisation du terme sciatique n’est pas justifiée.

Les douleurs dans la jambe causées par l’arthrite ou un autre problème articulaire est plus courant qu’une sciatique.

QUE SE PASSE-T-IL LORS DE L’EXAMEN ?

Les douleurs de la sciatiqueSi vous êtes victime d’une douleur semblable à celle de la sciatique, vous devez consulter un médecin. Celui-ci vous fera passer des examens neurologiques complets. C’est à dire qu’il cherchera à savoir quels problèmes vous avez au niveau de la sensibilité et de la motricité. En cas de doute sur le diagnostique, il pourra compléter celui-là grâce à des radiographies de la colonne vertébrale. Ces radiographies du dos, des lombaires, sont essentielles dans la recherche d’un pincement vertébral, d’une déformation anormale de la colonne… etc.

En général, la radiographie du rachis lombaire ne montre aucun problèmes. Dans ce cas là, le scanner ou l’IRM  peuvent permettre de diagnostiquer les lésions et d’évaluer la gravité. Cependant, ces examens ne seront à réalisés que si le traitement médical ne fonctionne pas, même en étant correctement suivi.

Ces examens ne sont donc pas obligatoires dans le traitement d’une sciatique normale, ils peuvent seulement être complémentaires. Le médecin n’en a effectivement pas l’utilité afin de vous prescrire un traitement basique.

De plus, même sans réaliser d’examen, le médecin peut trouver le problème dont vous souffrez. Il existe 2 disques qui peuvent être responsables d’une sciatique, mais, le trajet dont la douleur passe par la jambe permet d’identifier le problème.

Les traitements plus complexes, cité précédemment, ne doivent être pratiqués que si les méthodes classiques ne fonctionnent pas. Ce n’est ni l’intensité, ni la durée de la sciatique, ni la présence de complications qui doit déterminer l’utilisation de techniques plus complètes.

Les traitements basiques sont, dans l’ordre: le repos, les anti-inflammatoires et les antalgiques, les anti-inflammatoire en perfusion. Si ceux-ci ne fonctionnent pas, alors là, vous pouvez contacter un professionnel de la santé afin d’obtenir des traitements supplémentaires.

Le scanner

Le scanner n’est pas totalement sans risques. Il utilise des radiations ionisantes. Les gens subissant de nombreux examens radiologiques pourraient connaître quelques problèmes. Malgré que les doses de rayons X aient grandement diminués, aucune étude ne permet de savoir de combien de cancers ils sont responsables.

L’IRM

LIRM quant à lui, est un examen non irradiant. De multiples freins existent concernant son utilisation, certaines personnes ne peuvent pas le subir (corps étrangers métalliques, obésité), de plus, les appareils ne sont pas souvent disponibles.

QUEL EST LE TRAITEMENT ?

Certains traitements manuels peuvent aider à soulager les douleurs, par exemple: la thérapie physique, les massages, et les traitements d’ostéopathie. Ces techniques peuvent, en effet, soulager la pression exercée sur le dos.

Certains médecins prescrivent des relaxants musculaires, malheureusement, plusieurs effets secondaires sont liés à ces drogues. Effectivement, plusieurs de ces médicaments sont susceptibles de créer une dépendance chez le patient. De plus, ils peuvent lui donner l’impression que tout va mieux, alors que la douleur est encore bien présente. Sans douleurs, le patient fera moins attention à son dos, alors que les problèmes ne seront pas soignés, ce qui aggraverait les lésions.

Les drogues en vente libre comme l’Aspirine ou l’Ibuprofène peuvent permettre de soulager les douleurs faibles. Alors, n’hésitez pas à en parler avec un professionnel de la santé, tel que votre médecin, ou votre pharmacien.

En cas d’échec des ces médicaments, les médecins pourront vous prescrire des corticoïdes , qui seront directement injectés dans l’articulation touchée. Ils peuvent vous conseiller de porter un corset léger, afin d’assurer un repos total au bas du dos. Vous pouvez le porter durant 4 à 6 semaines environ.

Si ces traitements, ne fonctionnent pas alors la sciatique deviendra paralysante et entraînera des douleurs importantes. Après cela, un traitement chirurgical pourra donc être envisagé.

Au contraire, si la chirurgie doit être faite en urgence, à cause de signes graves trop avancés, comme une sciatique invalidante, l’intervention chirurgicale devra être réalisée immédiatement, afin de libérer au plus vite la racine nerveuse comprimée.

Cependant, il existe des écoles spécialisées dans les problèmes de dos, afin d’apprendre à tous l’apprentissage de la mécanique du dos et tous les gestes à faire pour préserver la position debout, aussi appelée station bipale.

La chirurgie peut donc être la principale alternative dans la guérison d’une sciatique, cependant, il est bon à savoir que la chirurgie aide seulement une 1 personne sur 100.

La chirurgie est fortement conseillée dans les sciatiques paralysantes, les syndromes de la queue de cheval, les formes récidivantes, rebelles et hyperalgiques. La seule indication de la chimio-nucléolyse est l’hernie discale résistante au traitement médical chez un patient.

En présence d’une sciatique mineure, le traitement administré est similaire à celui d’une lombalgie aiguë.

Dans les cas les plus graves, évoluant mal, un traitement rhumatologique peut être la meilleure solution. Vous pourrez subir des infiltrations de corticoïdes, des manipulations au niveau des vertèbres, des tractions sur table, des massages antalgiques et des décontractants.

Dans la sciatique hyperalgique, on fait appel aux antalgiques majeurs voire les corticoïdes. Une indication opératoire peut parfois être posée en cas de persistance de l’algie malgré un traitement bien conduit.

En cas de paralysie partielle ou d’une forme de sciatique découverte trop tard, les résultats des médicaments seront déterminants afin de savoir quels autres traitements prescrire.

Les formes de sciatique chronique ainsi que la sciatique chez le jeune, sont les principaux arguments qui conduisent à un traitement radical.

L’intégralité de la colonne et de ses muscles, et faites pour bouger de façon simple et non douloureuse, alors, la limitation des mouvements, imposée par le mal de dos, peut être très gênante, et peut accentuer le risque de se blesser à nouveau.

Exercices d’étirements et renforcement :

Les exercices d’étirements sont faits, non seulement pour augmenter la flexibilité des disques lombaires, mais aussi pour étirer les autres muscles, même s’ils ne sont pas directement impliqués dans les douleurs. Par exemple, il peut être bon d’étirer les bras et les jambes, même s’ils n’ont rien avoir avec les douleurs du dos. Vous pouvez, par exemple, étirer les muscles ischion-jambier, car ils jouent un rôle important dans la lombalgie.

Le renforcement du dos peut également être important car il empêche que les douleurs se reproduisent trop fréquemment.

Les exercices créés afin de renforcer les muscles du tronc sont, donc, par définition, les plus importants pour calmer les douleurs au niveau des lombaires. Pour soulager la sciatique, différents exercices pourraient être prescrits, tels que les exercices McKenzie et les exercices lombaires dynamiques de stabilisation.

Les médicaments pour soulager la sciatique:

La médication, en vente libre, peut aider à traiter la sciatique, cependant, n’hésitez pas à en parler avec votre pharmacien car ceux-ci peuvent avoir des aspects négatifs s’ils sont mal administrés, par exemple :

  • L’Ibuprofen-Advil, Nuprin, Motrin
  • Le Naproxen-Naprosyn, Aleve
  • L’Acétaminophène -Tylenol

D’autres médicaments, beaucoup plus forts, peuvent également être bons pour soulager votre sciatique, cependant, ils ne sont disponibles qu’avec la prescription d’un médecin. Elles peuvent être nécessaires dans le but d’alléger la douleur et l’irritation du nerf sciatique. Pour soulager le dos sur une longue durée, la plupart des experts conseillent une routine comportant des étirements doux et des exercices du dos.

Morphine

Depuis quelques années, l’utilisation de la Morphine est de plus en plus courante. Cependant, plusieurs indications concernant la Morphine, sous formes de cures brèves, sont à retenir! La condition de l’utilisation de la Morphine est l’échec des thérapies conventionnelles.

Évidemment, il est normal que chaque patient soit différent, ainsi, les traitements habituels ne fonctionnent pas dans certains cas.

Traitements médicaux

Lorsque la sciatique n’est pas du à un problème important, vous pouvez vous administrer des anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’acétaminophène ou l’ibuprofen (Advil®, Motrin®), l’acide acétylsalicylique (Aspirine®) et le naproxène (Anaprox®, Naprosyn®), par exemple, ainsi que des relaxants musculaires, si celle-ci est trop forte et que le besoin de la calmer se fait ressentir.

Si les douleurs sont chroniques, vous pouvez avoir recours à des injections de cortisone. Toutefois, nous ne savons pas réellement si ce médicament est efficace.

Chez les femmes enceintes, victime d’hernie discale, il ne faut pas s’inquiéter, car elle tend à disparaître suite à la grossesse.

En ce qui concerne les sciatiques qui font suite à un cancer, il faut, bien évidemment, soigner le cancer de manière rapide pour pouvoir soulager sa sciatique.

CONSEILS PRATIQUES

Durant les premiers jours où l’on vous a diagnostiqué une sciatique, il est important de ne pas rester trop longtemps debout. Effectivement, cela pourrait aggraver le problème, tout comme vous pencher en avant à plusieurs reprises. Ces positions abîment fortement le nerf sciatique et c’est de là que provient la douleur. De plus, il y a un important débat autour du fait de rester au lit lorsque vous avez une sciatique, la réponse à ce débat est qu’il faut y rester, mais les premiers jours seulement. Rester au lit durant toute la durée de votre sciatique ne fera qu’empirer les choses.

Autre solutions pour réduire la douleur :

S’étendre sur le dos. Étendez-vous sur le dos, cela peut aussi être une solution. Il vous suffit de pliés les genoux sur vous. Gardez le dos le plus droit, et surtout le plus plat possible. Il doit être bien appuyé sur la surface sur laquelle vous faite cet étirement. Maintenez cette position plusieurs minutes, jusqu’à ce que vous sentiez une atténuation de la douleur. Puis, allongez les jambes et détendez vous, en restant le plus droit possible. Vous pouvez, dans ce moment-ci, surélever votre tête et vos pieds à l’aide d’oreillers.

Adopter la position fœtale. Couchez-vous sur un côté, tête et genoux repliés sur votre ventre pour ne former qu’une boule. Vous pouvez aussi vous coucher sur le dos, hanches et genoux fléchis à 90 degrés. Vous pouvez maintenir cette position aussi longtemps que vous le souhaitez.

Faire des activités. Dès que la douleur causée par la sciatique diminue, commencez progressivement à reprendre des habitudes de vie saine, ainsi que la pratique d’exercices physiques. Le plus simple au début sera la marche. Les exercices aident à faire disparaître la douleur de façon rapide et instantanée. Vous pouvez également demander l’avis à votre médecin pour qu’il vous suggère les activités sportives qui vous seront les plus adaptées.

Éviter les trop grands efforts physiques. En revanche, vous pouvez pratiquer des activités sportives, mais vous devez éviter les efforts trop importants si vous ne voulez pas avoir une hernie discale. Écoutez votre corps et pratiquez seulement les exercices pour lesquels vous êtes entraînés.

Compresse. Vous pouvez aussi créer un mélange à base de 2 gouttes d’huile essentielle, que ce soit de l’huile de genévrier, de moutarde, ou de poivre, avec 1 cuillère à soupe d’huile de soja ou de pépin de raisin. Frottez doucement ce mélange sur la zone douloureuse. Par la suite, vous pouvez envelopper chaudement cette zone avant de vous habiller chaudement afin de préserver le nerf sciatique au chaud.

Auto massage. Mettez deux balles de tennis dans un collant et attachez l’extrémité du tissus. Coincez ces balles entre votre bas du dos et un mur. Le but est d’exercer une pression là ou vous avez mal. Cela relaxera le dos et agissant doucement sur les endroits touchés.

Comment la sciatique s’améliore-t-elle?

La douleur, malgré le temps qui passe, reste douloureuse et intense, mais vous pouvez vous rassurez; les douleurs deviendront de moins en moins régulières et ne surviendront que par moments. Cette intermittence de la douleur correspond en fait au nerf qui sort petit à petit de l’emprise de l’hernie discale.

Beaucoup de personnes se découragent car elles ne voient aucuns changements dans l’intensité de leurs douleurs. Parfois même elle paraît encore plus douloureuse qu’au début car le fait qu’elle dure depuis plusieurs temps la rend insupportable aux yeux de la personne en souffrant. Cependant, ne vous découragez pas, gardez toujours à l’esprit que la douleur partira, ainsi, il faut continuer l’administration de calmants et médicaments ainsi que la pratique d’une activité physique et d’exercices doux et adaptés pour votre dos.