La sténose du canal lombaire ? 

La sténose du canal lombaire est un problème dû à un rétrécissement du canal rachidien (situé entre les dernières vertèbres de la colonne vertébrale). Ce rétrécissement peut entraîner des lombalgies, ou encore des douleurs dans le dos et dans les jambes. C’est dans le canal rachidien que l’on retrouve le bout du nerf sciatique, aussi appelé « queue de cheval » ? Donc, la sténose du canal lombaire peut rapidement entraîner un problème au niveau de cette racine nerveuse, pouvant entraîner des symptômes très inconfortables, voire assez graves.

Ce problème est la plupart du temps retrouvé chez les personnes de plus de 50 ans, mais il peut aussi toucher des personnes plus jeunes, notamment quand ces dernières ont déjà un canal rachidien étroit.

Les causes de la sténose lombaire

Tout d’abord, le vieillissement est l’une des premières causes de la sténose du canal lombaire, car en effet, le vieillissement peut entraîner de nombreux problèmes pour la colonne vertébrale. Parmi ceux-ci, nous retrouvons l’arthrose qui en favorisant le frottement des disques intervertébraux va entraîner la formation d’excroissance osseuse, qui va donc venir remplir le canal rachidien, le faisant donc rétrécir petit à petit. De plus, l’arthrose peut aussi entraîner un épaississement des ligaments, ce qui peut aller jusqu’à fermer complètement le canal.

Parmi les autres causes, nous retrouvons les glissements vertébraux, les hernies discales, les fractures, l’ostéoporose etc. Et il est aussi possible de retrouver ce problème chez les personnes un peu plus jeunes qui avaient déjà un problème de canal rachidien.

Poser le diagnostic

Pour diagnostique une sténose lombaire, il faut faire des examens d’imagerie médicale. Ainsi, le scanner va permettre de bien visualiser les os, ainsi que les lésions provoquées par l’arthrose. Cela permet aussi de voir le canal rachidien, afin d’observer une éventuelle réduction de celui-ci.

Et ensuite, un examen complémentaire peut-être effectué, notamment une IRM, afin de pouvoir examiner les ligaments, les disques intervertébraux, ainsi que les nerfs, de manière à déterminer quels dégâts ont pu être faits par la sténose.

Et en cas de symptôme particulier, tels que la présence de douleurs uniquement dans la position debout, une Sacco-radiculographie peut être réalisée, car c’est l’un des seuls examens qui peut être pratiqué en restant debout.

Qui peut être touché ? 

Ce sont généralement les personnes de plus de 50 ans qui souffrent de sténose lombaire, même s’il existe des exceptions. Des études ont montré qu’environ une personne sur 1000 souffre de sténose lombaire chez les plus de 65 ans.

Les facteurs déclencheurs ou aggravant

Certaines maladies peuvent favoriser le rétrécissement du canal rachidien, telles que l’hyperthyroïdie, la maladie de Paget, ou la spondylarthrite ankylosante.

Les symptômes de la sténose lombaire

De nombreux symptômes peuvent apparaître lorsqu’une personne souffre de sténose lombaire. Parmi ceux-ci nous retrouvons :

– Une difficulté à marcher, avec des douleurs et des faiblesses dans les membres inférieurs après un court temps de marche. Cette difficulté peut augmenter en vieillissant. Il est souvent constaté que les personnes souffrant de sténose lombaire se mettent à boiter. Souvent, ce symptôme est soulagé lorsque la personne se penche en avant, car cette position permet d’ouvrir le canal rachidien.

– Les douleurs radiculaires, qui sont des douleurs dues à la compression des nerfs et des racines nerveuses. Il est possible de souffrir de sciatique (la douleur s’étend donc du bas du dos jusque dans l’arrière de la jambe), ou encore de cruralgie (la douleur part du dos pour aller jusque dans l’avant de la jambe).

– Les douleurs lombaires qui se font très souvent ressentir en cas de sténose lombaire. Elles peuvent devenir très fortes, et être très handicapantes au quotidien.

– Et il peut y avoir d’autres symptômes, comme par exemple des troubles de la sensibilité (engourdissement, sensation de fourmis, picotements etc.), une paralysie des membres inférieurs, ou la perte de sensibilité dans les membres inférieurs (en cas de sténose sévère), ou encore, mais plus rarement, un mauvais fonctionnement de la vessie et du sphincter à cause de la compression de la « queue de cheval ».

Soigner la sténose lombaire

Pour soigner ce problème, il y a plusieurs possibilités :

Le traitement médical :

Consiste à réduire la douleur ressentie par le patient, pour leur faciliter la vie et leur permettre de se déplacer plus facilement. Souvent, il s’agit de prendre des médicaments (antidouleurs, anti-inflammatoires), de faire un peu de rééducation, et éventuellement de porter un corset lombaire. Ce traitement peut-être efficace, et donc faciliter la vie du patient pendant quelques années.

Le traitement chirurgical:

Cette option est envisagée quand les symptômes sont de plus en plus graves, ou de plus en plus invalidants pour le patient. La chirurgie est aussi envisagée en cas d’échec du traitement. Généralement, il s’agit d’une chirurgie mini-invasive, qui se déroule sur une ou plusieurs vertèbres. Il est possible d’agrandir le canal lombaire en diminuant la taille des excroissances osseuses, ou encore en rétrécissant un ligament épaissi au cours du temps. Et si une instabilité des vertèbres, ou un glissement de celles-ci est constaté, dans ce cas il est possible de pratiquer une arthrodèse (afin de souder des vertèbres entre elles).

La rééducation:

Celle-ci permet de renforcer les muscles qui servent à maintenir la colonne vertébrale en place. Cela permet aussi d’apprendre de bonnes postures pour éviter de fragiliser la colonne vertébrale ou encore le canal lombaire. La rééducation comprend rarement de manipulation vertébrale, car celle-ci peut s’avérer dangereuse si la colonne est déjà fragilisée, tout comme les massages d’ailleurs. Généralement, la rééducation se fera au moyen d’exercices sur un vélo, afin de positionner le dos de manière à ouvrir le canal rachidien. Généralement, une perte de poids peut aussi s’avérer être bénéfique pour soigner la sténose.