Comment se réalise le diagnostic pour une sciatique ?

Généralement le diagnostic se fait cliniquement, et vous n’aurez à faire des examens complémentaires que s’il y a des doutes qui subsistent ou encore si certains traitements ont échoué.

Pour poser le diagnostic, les professionnels de santé vont porter leur attention sur le type de douleur, mais aussi sur la localisation et le trajet que prend cette douleur. En effet, en fonction du type de douleur il est assez facile de trouver d’où peut venir la sciatique.

Quand la douleur se fait dans le dos, et s’étire jusque sous le pied ou dans une partie de la jambe, on peut en conclure qu’il s’agit d’une lombosciatique. Ensuite, en fonction de l’arrivée exacte de la douleur au niveau de votre pied, vous allez pouvoir déterminer avec plus ou moins de précision la vertèbre qui a provoqué cette douleur.

S’il s’agit bien d’une sciatique provoquée par une hernie discale, sachez que la douleur doit apparaître de manière brutale, du jour au lendemain. Si c’est une douleur qui apparaît progressivement, c’est qu’il faut chercher une autre cause à votre douleur.

En plus, en cas de hernie discale, vous allez aussi peut-être sentir quelques soucis au niveau de votre motricité et de votre sensibilité à l’endroit atteint par la douleur. Essayez donc de prêter attention aux sensations de votre corps.

Ensuite, pour essayer de repérer avec plus de précision quelle est la racine nerveuse qui a été atteinte, vous allez aussi pouvoir procéder à un examen de vos réflexes ostéotendineux. Si vous remarquez un manque de réflexe pour une certaine zone, vous allez pouvoir retrouver plus facilement l’endroit qui est concerné par la hernie. Par exemple, si c’est votre réflexe rotulien qui ne réagit pas bien, c’est que le problème vient du nerf L5, et si c’est le réflexe achilléen, c’est que c’est la S1 qui est touchée.

Ensuite, le docteur pourra aussi essayer de chercher si l’une des racines nerveuses sous la hernie (appelée « queue de cheval ») est touchée. Si c’est le cas, vous devriez sentir un manque de sensibilité au niveau du périnée, entraînant des troubles et des pertes urinaires, ainsi que des pertes de selles. C’est un indice très important, car il peut indiquer qu’il faut une opération en urgence pour arranger le problème.

Ensuite, le médecin pourra éliminer l’éventualité d’une fausse sciatique, et les fausses cruralgies.

Après avoir effectué ces examens, bien souvent le diagnostic est posé, et il est même possible d’avoir réussi à identifier précisément la racine qui est atteinte. Mais après cela, il faut aussi trouver la cause de ce problème. Il va donc falloir penser au moment où les douleurs sont survenues, pour voir si elles sont dues à un effort trop intense, ou encore si c’est dû à des épisodes réguliers de sciatique. Et si le médecin réussit à soulager la douleur en étirant l’endroit supposé de la hernie, il n’y a plus de doute et d’autres examens ne sont pas forcément nécessaires, comme des examens d’imagerie médicale par exemple.

Mais généralement, il vaut tout de même mieux faire une radio lombaire, de manière à pouvoir détecter le pincement entre les espaces entre les vertèbres. Et il sera aussi possible de détecter des anomalies au niveau de votre dos qui devrait entraîner un ajustement du traitement.

Et si jamais un doute subsiste, dans ce cas vous allez devoir passer un électromyogramme, un scanner, ou même une IRM.

Comment savoir s’il faut consulter en urgence

Plusieurs choses doivent vous alarmer, et doivent vous amener à consulter un professionnel de santé dans l’urgence. Notamment quand par exemple vous n’arrivez pas à soulager la douleur avec des médicaments et qu’elle devient insupportable, si vous sentez une sensation de paralysie musculaire, si vous sentez que votre force musculaire diminue dans vos jambes, si vous sentez une baisse de la sensibilité de votre périnée, ou encore si vous avez des troubles urinaires, et des pertes urinaires et fécales.

De plus, si votre état général a eu tendance à se dégrader rapidement, avec une perte de poids, de la fièvre, des douleurs insupportables, ou même des engourdissements, allez vite consulter un professionnel de santé !

Les examens de radiographie

Il n’y a pas toujours besoin de faire des radiographies si tout semble clair et évident lors de l’examen de votre état clinique. Généralement, elles sont recommandées lorsque le médecin a envie d’éliminer la possibilité d’anomalie dans votre colonne vertébrale. Mais elle est rarement indispensable. Surtout quand il s’agit d’une récidive. Il en va de même pour le scanner et l’IRM qui ne sont conseillés que lorsqu’il y a un doute sur le diagnostic, et que la douleur n’a pas disparu en deux mois maximum.

Les particularités des sciatiques sur des scolioses

Il peut arriver qu’une scoliose vienne compliquer une sciatique en lombocruralgie. Souvent cela ne va rien changer, et il va s’agir d’une simple sciatique causée par une hernie discale, mais il est aussi possible de constater un rétrécissement de l’espace intervertébral, espace où passent les racines des nerfs, ce qui peut entraîner des complications.

De plus, la présence de la scoliose peut venir compliquer un traitement éventuel. Il faut donc bien prendre en compte cette scoliose pour éviter de faire empirer le problème.

Les principes de traitement de la lombosciatique

traitement sciatique

Les traitements prennent plusieurs choses en compte, notamment le type de sciatique, ainsi que l’activité quotidienne de la personne touchée. Généralement, pour le traitement, plusieurs types de médicaments sont cumulés, notamment des antidouleurs, et des anti-inflammatoires. Ensuite, généralement il faut un temps de repos, et éventuellement, portez une ceinture dorsale qui permettra de garder le dos dans une bonne position.

Généralement le traitement médical va soigner la douleur en deux à trois mois maximums. Des études montrent que c’est le cas pour 90 à 95% des patients.

Et si jamais le traitement médical ne permet pas d’atteindre la guérison, alors il faut passer par une opération chirurgicale. Cette opération est aussi urgente en cas d’atteinte de la « queue de cheval ».

Quelques chiffres

Environ 5% des hommes, et 3% des femmes de plus de 35 ans seraient touchés par une lombosciatique créée par une hernie discale. Et dans 95% des cas, un traitement médical permet de mener jusqu’à la guérison.