Soulager lumbago et sciatique : les options efficaces.

Vous avez sûrement déjà ressenti des douleurs lombaires le long de votre colonne vertébrale. En effet, c’est un problème très fréquent de nos jours, et presque tout le monde a déjà eu à vivre avec cela. Il vous est sûrement déjà arrivé de souffrir d’un lumbago, ou même d’une sciatique. C’est d’ailleurs pour cela que le mal de dos est aussi couramment appelé « le mal du siècle ». Mais même si vous avez ou vous allez sûrement souffrir de ce genre de douleur, ce n’est pas une fatalité, car vous il existe des solutions.

1-Un mécanisme comme celui d’une pile d’assiettes

Si vous avez envie de comprendre ce qui se passe dans votre dos quand vous souffrez de ce genre de douleur, c’est très simple, il vous suffit d’imaginer une pile d’assiettes. Chaque assiette représentant une vertèbre, avec une serviette pliée entre chacune d’entre elles pour représenter les disques intervertébraux. Ces serviettes servent à protéger les assiettes pour qu’elles ne se cassent pas pendant qu’on les transporte.

Nous allons nous pencher sur les assiettes qui se trouvent tout en bas de la pile, et donc aux vertèbres lombaires dans le bas de votre dos. EN effet, ce sont les assiettes qui doivent supporter le poids de toutes les autres. Ce sont donc ces assiettes qui ont le plus de risque de rencontrer des problèmes. Les douleurs appelées lombalgie peuvent survenir quand on garde la position debout trop longtemps, ou après de longs trajets en voiture.

Il peut aussi arriver que pendant le transport, une des assiettes bouge et sorte donc de l’axe de toutes les autres assiettes. Et comme vous pouvez vous en douter, ce déplacement va entraîner une très forte douleur lombaire. En effet, les muscles tout autour de la vertèbre déplacée vont se contracter, de manière à limiter le déplacement. Et si vous ne faites rien pour arranger cela, la douleur peut très vite devenir insupportable, et même se transformer en douleur chronique. Si c’est le cas, la situation peut dégénérer de deux manières : la vertèbre/assiette va en effet venir entrer en contact avec le nerf qui se trouve au niveau des serviettes en papier.

  • Si le déplacement concerne les 4ème et 5ème vertèbres lombaires ou encore la dernière vertèbre et votre sacrum, dans ce cas c’est le nerf sciatique qui sera touché, et vous allez donc souffrir d’une douleur sciatique. Cette douleur peut s’étendre du bas de votre dos jusque dans vos fesses, voir même descendre le long de vos jambes.
  • Si ce déplacement concerne les 3ème et 4ème vertèbres, dans ce cas c’est le nerf crural qui sera touché, et vous souffrirez donc d’une cruralgie. Cette douleur part de vos lombaires, pour aller dans l’aine et ensuite continuer dans l’intérieur de votre cuisse.

Ensuite, il est aussi possible que le déplacement vienne écraser l’un de vos disques intervertébraux. Si c’est le cas, votre disque va donc déborder vers l’arrière (imaginez une serviette en papier qui glisse vers l’arrière de la pile d’assiettes à cause de la pression trop forte). Mais ce débordement du disque intervertébral peut aussi entraîner une rupture du ligament, ce qui pourra ensuite entraîner une hernie discale. Celle-ci va grossir de plus en plus, et peut ensuite venir compresser un nerf pouvant aller jusqu’à la paralysie de ce dernier. Cela peut aussi entrainer le syndrome de la queue de cheval avec la compression du bout de votre nerf sciatique. Dans ce cas, il faut que le mal soit traité en urgence, et il faut rapidement opérer cette hernie pour sauver les nerfs contus.

2-Les causes des douleurs lombaires

Les douleurs lombaires peuvent venir de plusieurs choses : généralement, cela vient d’un mauvais positionnement de la colonne vertébrale. Cela peut venir d’une scoliose, d’une bascule du bassin, d’un défaut d’une cambrure lombaire, etc. Ces problèmes peuvent être de naissance, directement dans votre dos, ou alors cela peut aussi venir de vos pieds, de vos dents, ou encore de pleins de petites choses entraînant la contracture de votre colonne vertébrale. Ils peuvent aussi être entraînés par un traumatisme comme un tassement vertébral, une fracture, une hernie opérée etc. Il est donc possible que le problème de positionnement de votre dos remonte à des problèmes antérieurs qui auraient été mal pris en charge.

Il est aussi possible que les problèmes lombaires soient le résultat d’un déficit musculaire (les muscles du dos ne sont pas assez fort pour maintenir toute la colonne vertébrale en place).

Il est aussi possible de déterminer des éléments aggravants, comme l’arthrose provoquant des excroissances osseuses, ou encore les problèmes de poids pouvant entraîner l’écrasement des disques intervertébraux. Il est aussi possible de rencontrer ce genre de problèmes lombaires durant une grossesse.

3-Les facteurs déclenchant les douleurs lombaires

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent déclencher des douleurs lombaires, comme une mauvaise position du dos dans la vie de tous les jours, des fauteuils ou lit trop mous ou inadaptés, un poste de travail inadapté (par exemple avec un bureau trop bas obligeant le travailler à rester courbé), etc. Il est aussi possible que la prise de mauvaise position dans le soulèvement de charges lourdes puisse entraîner un déplacement vertébral, et donc des douleurs lombaires.

Dans ce cas, une douleur va apparaître et petit à petit elle deviendra de plus en plus forte. C’est que vous souffrez d’une douleur sciatique ou lombaire. Ou alors, vous allez faire un mauvais mouvement, et une douleur vive va apparaître soudainement, et dans ce cas vous souffrez sûrement d’un lumbago.

Mais attention, il est aussi possible que les chutes, les fractures, ou les traumatismes violents puissent entraîner des douleurs lombaires.

4-Les autres causes

En dehors des problèmes au niveau des vertèbres lombaires, d’autres causes peuvent entraîner des douleurs sciatiques et des lombalgies. Mais ces causes sont très rares. Il peut arriver que des complications liées au diabète, des troubles des nerfs, des cancers, des infections, ou des inflammations, etc. Il est aussi possible que le nerf sciatique soit compressé à cause de l’arthrose, de problèmes veineux, de tumeurs, de cancers, de kystes, de glissement vertébral etc. Ce sont donc des causes qu’il va falloir éliminer.

5-Les signes caractéristiques

Pour reconnaître les douleurs lombaires, il y a certains symptômes qui doivent être pris en compte. En effet, si vous avez mal dans le bas du dos et que vous souffrez d’une sciatique, il est possible de :

  • Ressentir une douleur plus forte lors d’une quinte de toux, d’éternuements, de la selle etc.
  • Ressentir des fourmillements ou des engourdissements dans la région des membres inférieurs
  • Ressentir une faiblesse musculaire dans l’une de vos jambes
  • Ressentir une anesthésie dans la région de votre jambe, ou dans celle des organes génitaux et de la queue de cheval
  • Ressentir une difficulté pour marcher, ou pour vous tenir sur la pointe des pieds

Ensuite, l’examen clinique va se lancer à la recherche d’une éventuelle mauvaise position de la colonne vertébrale, d’une contracture dans la zone dorsale, d’une limitation des mouvements de la colonne vertébrale, ou de points douloureux dans votre zone lombaire.

Et si vous souffrez d’une sciatique, plusieurs choses seront vérifiées, comme les réflexes ostéotendineux de votre rotule et de votre tendon d’Achille, les troubles de la sensibilité au niveau de votre jambe douloureuse, le signe de Lasègue, le signe de la sonnette, la disparition d’un ROT, etc. Il est aussi probable que des radios de votre rachis soient effectuées si votre traitement n’est pas efficace ou si la douleur dure depuis trop longtemps, afin de révéler un éventuel problème de pincement intervertébral. Mais ces radios ne peuvent pas révéler les disques intervertébraux ni les nerfs. Donc, pour voir ces derniers, il vous faudra passer un scanner ou une IRM pour vérifier qu’aucun problème n’est à surveiller de ce côté.

Cela sert surtout en cas de hernie discale, pour vérifier son état de gravité. Mais n’ayez pas peur, la plupart des hernies discales n’empêchent pas le patient de vivre avec. C’est seulement quand le nerf est comprimé qu’il y a un vrai problème. Si elle est faible, un simple traitement médical permettra de régler le problème, mais si elle est forte, il va falloir en passer par le traitement chirurgical.

6-Les traitements médicaux

Il est possible d’utiliser différents traitements médicaux pour régler les problèmes vertébraux. Vous allez par exemple pouvoir prendre des antidouleurs, ainsi que des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour réduire la douleur, vous allez aussi pouvoir prendre de la cortisone, des décontractants, des tonifiants musculaires, des pommades et baumes pour éviter les traitements oraux, ou encore des ceintures lombaires pour corriger le maintien et la position de votre dos. C’est votre médecin généraliste, ou encore votre kinésithérapeute qui prendra des décisions concernant le traitement pour soigner votre dos.

7-Le repos ou l’activité ?

Même si vous pouvez penser que le repos est la meilleure solution pour régler votre problème de douleur de dos, il n’en est rien. En effet, cette légende a perduré longtemps, notamment chez les professionnels de santé. Mais pour guérir au mieux, une activité de faible intensité est une bonne solution. Elle vous permettra de renforcer vos muscles pour maintenir plus efficacement votre colonne vertébrale. Mais bien sûr, cette activité physique doit être modérée, elle doit être adaptée à votre problème, et elle doit se faire en douceur. Vous allez bien évidemment devoir alterner les exercices et le repos.

8-Les kinés, les infiltrations, et les interventions

Si vous avez des problèmes de douleur lombaire, passer par la kinésithérapie est une très bonne chose. En effet, cette dernière va vous permettre de vous masser la zone lombaire, tout en rééduquant votre colonne vertébrale. En plus, votre kinésithérapeute va vous apprendre quelles sont les meilleures positions pour ne pas déplacer l’une de vos vertèbres, ou pour ne pas avoir mal au dos. Vous allez ainsi pouvoir éviter le plus possible de faire revenir les douleurs lombaires. Vous allez aussi être encadré par ce professionnel de santé pour reprendre une activité physique en douceur.

Ensuite, les thérapies cognito-comportementales vont pouvoir vous aider à reprendre une activité physique sans en souffrir, tout en respectant vos articulations.

Les infiltrations vont parfois vous être recommandées si jamais la sciatique ou la hernie est sévère, ou si jamais le traitement médicamenteux n’a pas fonctionné. Elles peuvent permettre d’éviter une intervention chirurgicale quand elles sont efficaces.

Et pour finir, vous allez pouvoir recourir à l’intervention chirurgicale comme dernier moyen de soigner vos douleurs lombaires. L’intervention peut servir à redresser une scoliose, à retirer une excroissance osseuse dans la colonne vertébrale, pour enlever une hernie discale etc. Mais généralement, cette intervention n’est tentée que si tous les autres traitements ont échoué et n’ont pas fonctionné. C’est aussi le dernier recours si votre problème est assez grave et nécessite une intervention urgente.

9-Les médecines naturelles pour soigner le dos

Vous allez pouvoir utiliser les médecines naturelles pour soigner vos douleurs lombaires. Vous allez par exemple pouvoir passer par l’ostéopathie pour débloquer et remettre en place d’un coup l’une de vos vertèbres ou l’un des éléments de votre dos. Ensuite, après un repos de 48 heures pour supprimer les contractures résiduelles, vous serez complètement guérie. Mais attention, certains problèmes de dos ne sont pas compatibles avec l’ostéopathie. En effet, si vous souffrez d’une hernie, vous devriez plutôt vous tourner vers d’autres formes de médecine douce, comme le Bowen, la myothérapie, les tractions lombaires etc.

Pour choisir au mieux un traitement, vous allez devoir trouver le type de douleur dont vous souffrez. Dans la tradition chinoise, elles sont séparées en deux ; la douleur yang qui est une douleur aiguë, aggravée par le mouvement et calmée par le repos, et la douleur du yin qui est une douleur chronique aggravée par le repos la nuit, et calmée par les mouvements et les échauffements.

Quand vous aurez distingué le type de douleur dont vous souffrez, vous allez pouvoir vous tourner vers une médecine naturelle qui vous permettra de vous soigner. Par exemple, l’acuponcture est très efficace pour soigner les douleurs et les contractures. L’homéopathie va vous permettre de vous traiter naturellement en fonction du type de douleur. Vous allez pouvoir vous traiter avec des plantes qui peuvent se montrer très efficaces, sans avoir le moindre effet secondaire. Bien sûr, vous allez aussi pouvoir utiliser les huiles essentielles pour masser la région douloureuse. Vous pouvez aussi vous tourner vers les oligoéléments comme le cuivre et l’or qui ont un très bon effet anti-inflammatoire. Vous pourrez aussi vous tourner vers le magnésium qui vous aidera à vous détendre, ou encore des pochons de chaud ou de froid qui vous aideront, peu importe le type de douleur. Et pour finir, pour être soigné en douceur, vous allez aussi pouvoir utiliser la balnéothérapie, la thalassothérapie etc. Alors, n’hésitez pas à vous tourner vers les médecines naturelles.

10-Une bonne alimentation pour soigner la douleur

En effet, comme vous le savez, notre alimentation a un très gros impact sur notre corps. Une mauvaise alimentation peut entraîner de nombreux problèmes. Et sachez que l’alimentation peut jouer un grand rôle dans le ressenti de la douleur. Une mauvaise alimentation permet d’entrainer un maintien de la douleur, voir même une aggravation de celle-ci.

Donc, pour soulager votre douleur, vous allez pouvoir vous tourner vers une alimentation biologique et pauvre en toxines. Vous devrez donc diminuer votre consommation de viande, de sucrerie, d’alcool, de laitage, de friture et de café. Et n’hésitez pas non plus à entamer une détoxification de votre organisme, notamment en consommant beaucoup d’eau, et en consommant des plantes digestives.